Nouvelle / La grande histoire du bingo au Québec

La grande histoire du bingo au Québec Vendredi, 24 mai 2013

Le bingo est un jeu populaire partout à travers le monde. Or, l'apparition et l'évolution du jeu n'en sont pas pour autant les mêmes partout. Ici au Québec, l'histoire du bingo est tout à fait particulière et intégrée dans l'évolution de notre société distincte. Savez-vous ou vous rappelez-vous comment et pourquoi le bingo a vu le jour chez notre peuple francophone? Voici l'histoire toute québécoise de la naissance et de l'évolution du bingo.

Partie 1: La Révolution tranquille


Bien que le bingo soit un jeu millénaire, il n'est pratiquement pas joué au Québec avant les années '60. Avec la forte influence de l'église sur les mœurs et les activités de jeu souvent qualifiées comme immorales, il n'y a alors aucune place au Québec pour les jeux de hasard, y compris le bingo.


Le tout change en même temps que la Révolution tranquille, dans les années 60' et 70'. Les églises se vident alors à un rythme déconcertant, tout comme les mœurs des Québécois évoluent. Si les larges familles traditionnelles demeurent, les enfants de ces dernières vieillissent. Si d'un côté les hommes socialisent dans les tavernes leur étant encore exclusivement réservées, les femmes commencent à le faire à leur propre manière. Rapidement, si le plancher principal des églises se vide, leur sous-sol au contraire se remplit hebdomadairement. Les parties de bingo, alors exclusivement féminines, grimpent en popularité.


Cette vague ne fera que grandir lors de la légalisation du bingo en 1970, puis lors de la création de la Régie des loteries et des courses. Il devient alors légal d'organiser de telles soirées de jeu, tant et aussi longtemps qu'elles servent au financement d'organismes charitables. Il suffit alors de déposer une demande de licence afin d'avoir le feu vert des autorités.


Cette tendance plait alors particulièrement aux nombreuses églises québécoises. Délaissées de leurs fidèles, ces dernières ne profitent plus des généreux dons des paroissiens permettant la survie de leur institution. Le bingo permet de renflouer les coffres et ainsi de rester en opération. Il ne fait aucun doute que le bingo a alors permis la survie de nombreuses églises québécoises. Le bingo est vite passé d'un simple divertissement à une source de revenue paroissiale indispensable.


Maintenant que les églises servent pratiquement plus de lieu de jeu que de culte, un sérieux malaise moral émane toutefois. Est-ce que la fin justifie véritablement les moyens? Même les prêtres se livrent une bataille d'opinions, fortement divisés sur le sujet. Ultimement toutefois, c'est la fibre morale qui l'emporte. Il est décidé que l'église n'est pas un lieu pouvant permettre de telles activités, et il est annoncé qu'elle se retire du marché du bingo.

Lire la 2e partie du dossier sur l'histoire du bingo au Québec: la commercialisation du bingo

Salles pour joueurs canadiens
Les meilleures salles de bingo selon PrinceDuBingo
Salles de bingo Bonus
Afficher les salles pour Français > Pourquoi utiliser les liens PrinceDuBingo.com?
Abonnez-vous à l'infolettre